Violences électorales : ce qu’il faut retenir du bilan officiel

Albert Damantang Camara, ministre de la sécurité et de la protection civile

Le ministre de la sécurité et de la protection civile, Albert Damantag Camara était devant la presse, ce lundi 23 mars, à Coleah, au siège du département. Il était accompagné du directeur national de la police, Contrôleur général Ansoumane Bafoé Camara et du directeur central de la DPJ, Aboubacar Fabou Camara.

“Nous voulons être transparents sur ce que nous faisons”, c’est en ses termes que le ministre a planté le décor du point de presse. Un point de presse qui s’est tenu au lendemain du double scrutin (législatif et référendaire).

D’abord, le ministre a rappelé, “qu’hier il y’a eu des élections qui se sont déroulées sur l’ensemble du territoire national. Malheureusement dans certains quartiers il y a eu des violences qui se sont soldées par des morts d’hommes. Et sur le bilan humain… en ce qui concerne le département de la sécurité il ne sera jamais question d’occulter la réalité…”

“A la clôture du communiqué hier à 18h qui a été diffusé à 19h, nous avons enregistré au niveau de nos hôpitaux légalement habilités à recevoir des victimes, quatre victimes et une cinquième victime a été confirmée par la police. Également à Nzérékoré il y a une victime. C’est le bilan des dépouilles qui se trouvent dans nos hôpitaux”, a  annoncé le ministre Damantag Camara.