Violence à Nzérékoré : le procureur Yaya Kairaba Kaba indexe les responsables

Dans une sortie sur les ondes de la télévision nationale ce mardi 26 mai 2020, le procureur  général de Kankan Yaya Kairaba Kaba  s’est prononcé sur les douloureux événements  enregistrés  à Nzérékoré entre les 22 et 23 mars dernier en marge du double scrutin législatif et référendaire.

9Yaya kairaba Kaba a fait savoir que les affrontements inter communautaires  qu’a connu cette partie sud de la Guinée ne sont que des actions planifiées et organisées par le Front National pour la Défense de la Constitution à travers ses représentants locaux basés dans la région..

 « C’est au cours d’une réunion du FNDC à Nzérékoré le 19 mars qu’il  a été question de reconduire leur plan du 1er mars qui avait échoué suite au report de la date des élections. Ce plan consistait au déploiement des groupes armés dont certains venus du Libéria et pour d’autres de Conakry. Ces groupes étaient répartis en trois sous- groupes. Le premier se nomme (le combattant). Il était positionné à Bangoïta, préparé par un certain féticheur nommé Ivre sous la direction de Moïse Haba du parti Bloc Libéral et sur financement du citoyen Cécé Loua du parti UFR. Ce groupe était chargé d’opérer dans les quartiers Belle-Vue, NDalaye, Double et Souloupa . Le deuxième sous- groupe était positionné à Niako Yakpala, et  était composé de plus d’une centaine de personnes. Ce groupe était chargé de déloger la troupe de la quatrième zone militaire et opérer dans les zones de Mohomou, de Niako Yakpala, l’Université et Panla. Et le troisième sous -groupe était positionné à Saamoye et Nianpala sous la direction d’un certain Louis Creux » a fait savoir le procureur de Kanakan Yaya kairaba Kaba.

Et d’ajouter « ces loubards avaient pour rôle de provoquer et d’opposer les ethnies en faveur des troubles orchestrés qu’ils surgissent et agissent sur ces combattants. 57 présumés auteurs ont été interpellés dont 44 placés sous mandat de dépôt à la prison civile de Kankan.  13 autres sont en fuite. Toutes les personnes interpellées au cours des enquêtes l’ont été sur le terrain des actions ».

S’exprimant sur les raisons de leurs poursuites, le procureur de Kankan précise que ces « fauteurs de troubles »  sont poursuivies pour meurtres, incendie volontaire, détention illégale d’armes légères, associations des malfaiteurs, destruction d’édifices privées et des lieux de culte, participation délictueuse à un attroupement non-autorisé, coups et blessures volontaires, incitation à la violence et complicité. Des infractions , selon lui, sont retenues à l’encontre des présumés auteurs. Ces faits trouvent leurs assises dans le code pénal en ses article 206, 510, 511, 848, 784, 785, 523, 625, 239, 19 et 20, a fait savoir le procureur», a précisé Yaya Kairaba Kaba

« Les  événements de Nzérékoré ont causé la mort de 30 personnes et 77 blessés, des dégâts matériels dont   57 maisons  brûlées, 31 magasins et boutiques calcinés, 15 ateliers entièrement incendiés, 12 véhicules et 5 motos aussi brûlés », a laissé entendre le procureur.

Abdoulaye Bouka Barry