Syligate : quelle est la suite du dossier ?

7
65

Dans un courrier en date, le conseil juridique du vice-président de la FEGUIFOOT saisit le tribunal arbitral sportif pour dénoncer la décision du comité d’éthique : c’est un des rebondissements d’un long feuilleton qui n’a pas encore livré son verdict final. Amadou Diaby, suspendu du football en Guinée pendant 7 ans dont 5 fermes, s’insurge contre cette décision. Comment en est-on arrivé là ? Quelle est la suite du dossier ?

Tout est parti de cette défaite du Syli national en huitième de finale de la CAN d’Egypte. Le Onze guinéen est battu 3-0 par l’Algérie.  Le lendemain, le Président de la fédération guinéenne de football anime un point de presse et désigne un coupable.

Une réaction à chaud très controversée et sujette à interprétation. Le Président de la Fédé connaissait pourtant l’entraineur et son passé sulfureux. C’est lui qui l’a nommé le 2 Mars 2018, malgré son CV taché de poursuites judiciaires dans son pays pour une affaire de matchs truqués.

Désigné comme le Responsable de la débâcle du Syli et limogé pour manque de résultats, Paul Put fait des révélations. Il accuse le vice-président de la feguifoot de lui racketter 10% de son salaire à la fin de chaque mois. La fédé se saisit du dossier et suspend le principal concerné Amadou Diaby à titre conservatoire, le temps que la commission d’éthique élucide cette affaire.

Quelques semaines plus tard le rapport tombe : les deux personnes citées dans le dossier écopent de lourdes sanctions. L’entraineur est sommé de payer une amende de 100 mille euros et est limogé à vie du foot guinéen. Quant au 1er vice-président de la fédé, il est suspendu du foot en Guinée pendant 7 ans dont 5 années fermes, et doit payer 25 mille euros.

Quelques heures après la publication du verdict, les avocats de Amadou Diaby rencontrent la presse et parlent d’une procédure bâclée. Pour eux, la commission d’éthique avait des raisons inavouées et inavouables de mener cette enquête de façon expéditive.

Mais le Syligate est loin d’avoir trouvé un épilogue. Dans un communiqué rendu public mercredi 28 Août dernier, les avocats de  Amadou Diaby disent avoir saisi le TAS, tribunal arbitral sportif, d’un recours en annulation contre la sentence de la commission d’éthique.

Autre problème soulevé par cette enquête et dont on parle moins, ce sont les conditions de recrutement de l’ex entraineur Paul Put. Selon Antonio Souaré, Président de la Féguifoot, il s’agissait d’un contrat d’objectif. Mais le rapport de la commission d’éthique indique clairement qu’aucun objectif n’a été assigné au Sélectionneur. Quelqu’un trompe le peuple sportif de Guinée !

Alia Camara

Comments are closed.