Santé Publique : le cri de cœur des consommateurs

En ce mois saint de Ramadan, mois de pénitence, nombreux sont ces produits sur le marché guinéen qui sont périmés. Votre quotidien en ligne www.rtgkoloma.info a réalisé ce jeudi 22 avril un micro-trottoir sur les méfaits de ces produits.

Rencontrés sur leurs lieux de travail, quelques citoyens ont bien voulu parler de ce sujet qui fait beaucoup de bruits en ce moment dans la cité. Tous se disent conscients de la gravité liée à la prolifération et à la consommation de ces produits périmés.  Ils sollicitent par ailleurs l’implication du gouvernement et particulièrement celle de l’office national de contrôle de qualité en vue d’assurer la santé et le bien -être des citoyens. « L’existence des produits périmés sur le marché est un problème qui assaille tous les Guinéens. Leur présence dans nos marchés est la source de plusieurs maladies dont  l’hypertension, la gastrite. Cela est dû à l’incompétence des services de contrôle sinon tous les produits passent par le Port. Mais comme nos cadres sont corrompus à cause des miettes, ils laissent ces produits envahir nos marchés. Nos parents, étant très pauvres, se procurent ces produits périmés- là pour faire une alimentation malsaine. D’où la source de nos maladies chroniques. Je demande au gouvernement de prendre dès maintenant des précautions pour mettre un terme à ce fléau qui gangrène notre société », soutient Cécé KOULEMOU, cadre dans un ministère.

Fatoumata Binta DIALLO de poursuivre : « Cela nuit à la santé du bas-peuple. Je ne trouve aucune explication à cette situation.  Pauvre ou pas, du moment où la consommation de n’importe quel produit peut créer des problèmes au niveau de la santé d’une personne,  il vaut mieux se procurer  de la meilleure qualité. Par exemple, il y a de cela quelques jours, deux membres de ma famille ont été victimes de ces mêmes produits périmés. Ils ont acheté une boite de sardines et deux jus au marché. Après avoir consommé, ils sont tombés gravement malades, en plus de la diarrhée qu’ils ont faite pendant deux jours », indique cette  commerçante.

Plus loin, Aboubacar TOURE renchérit en ces termes : « les produits périmés sur nos différents marchés représentent un danger public.  Consommer un tel produit  a des effets sur la santé des consommateurs.  Selon moi, cela est dû à deux facteurs : le manque de vigilance des autorités dans ce cadre-là, parce que le contrôle de qualité existe, mais certains produits impropres à la consommation lui échappent. Les dates de péremption des marchandises qui entrent ne sont pas du tout mises en cause. Le deuxième facteur est lié à  la pauvreté. Imaginer un kilogramme de lait est vendu à quarante mille francs guinéens. Quelqu’un, qui n’a pas les moyens de payer cette somme, peut être tenté d’acheter à vingt-cinq mille une autre qualité même si c’est périmé. Il faut que le Gouvernement s’intesse bien à  cette situation inquiétante, et qu’il se dise qu’il est le garant de la santé publique. A la population de se dire que malgré la situation financière difficile, cela ne doit pas pousser à aller à l’encontre de sa santé. Nous devons adopter des attitudes sanitaires hygiéniques par rapport à notre alimentation »,  explique cet enseignant chercheur.

Enfin, Bintou BANGOURA de conclure : « Quand la vie d’un pays devient chère, ce sont les produits périmés qui vont envahir  les marchés et c’est ce qui arrive à notre pays en ce moment. En Guinée, le marché ne devient cher qu’à l’arrivée du Ramadan et c’est en ce mois de pénitence que les produits de tous genres nous envahissent. L’Etat doit nous venir en aide en diminuant les prix des produits sur les marchés sinon, nous qui n’avons pas les moyens de nous offrir des produits de qualité, nous serons toujours exposés à ces problèmes de santé », souhaite cette coiffeuse .

Hawa THIAM

 

Articles Liés

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Rester connecté

127,236FansJ'aime
3,330SuiveursSuivre
0AbonnésS'abonner

Derniers articles

EnglishFrench