« Qu’on ne se presse pas avec le Colonel et sa troupe. Laissons le temps au temps » : Amadou Kourouma entrepreneur

Interview-

A l’occasion du nouvel an 2022, le Président de la transition guinéenne, le Colonel, Mamadi Doumbouyah s’est, à travers un discours adressé à la nation guinéenne. Une communication dans laquelle, beaucoup de chantiers ont été annoncés au compte de la transition en cours. Ce discours pleins de sens et de signification a été différemment interprété par les analystes au nombre desquels figure, Amadou Kourouma, entrepreneur et acteur de la société civile. Entre les lignes et les paragraphes qui suivent, nous vous invitons à parcourir sa lecture des faits. Lisez !  

www.rtgkoloma.info : Bonjour Monsieur Kourouma Amadou, quelle lecture avez-vous fait de l’adresse à la nation du Chef de l’Etat, le Colonel Mamadi Doumbouyah ?

Amadou Kourouma, entrepreneur et acteur de la société civile, Président de la Synergie des Jeunes Leaders pour la promotion de la Paix en Guinée Forestière.

Amadou Kourouma : C’est une adresse à la nation qui est très instructive issue d’une inspiration rare. C’est un discours d’espoirs et de gloire pour le peuple guinéen qui a tant souffert de par le passé. Chaque transitons a ses objectifs, à nos jours, l’un des objectifs phares pour le CNRD, c’est comment remettre la Guinée aux guinéens. Nous étions avant le Président Doumbouyah, des étrangers chez nous. Ce qui devrait revenir aux guinéens était empoché par d’autres personnes au détriment de la population guinéenne.

Dans la communication du Colonel Doumbouyah, il nous dit qu’on vient de loin et cela n’est autre chose que la marginalisation du guinéen. On a besoin d’un compatriote aujourd’hui, qui rassure le guinéen à retrouver sa place dans son propre pays comme ce que veut le Colonel.

Le Président de la transition lors d’une interview accordée à la RTG

Dites-nous, est ce que le président  de la transition avec tout ce qui se raconte, n’est pas en train de trainer les pas ?

Il y a une loi de 1994 qui interdit le monopole sur le commerce dans notre pays. Mais, des ministres se sont retrouvés ici pour prendre des ordonnances pour mettre au-dessus d’une loi. Une façon d’instaurer le monopole en Guinée. Voilà ce que ce jeune Colonel vient de lever. Il y a des comptes bancaires privés ici qui recevaient des milliards et des milliards par mois, sans savoir pour quel but ces montants étaient utilisés. Une saignée financière que le président de la transition veut arrêter en vue d’y voir claire.

Au-delà de ces résultats obtenus par le CNRD, allez aujourd’hui au marché, les monnaies étrangères dégringolent, les devises n’ont plus les mêmes valeurs. Ils (CNRD) n’ont rien fait de sorcier juste, le fait de fermer ces robinets de détournement. A nos jours, il y a plus de dollars sur le marché que de francs guinéens ce qui veut dire que, l’argent ne sort plus comme avant.

Archives Dollars et la monnaie Guinéenne

Il a envoyé des gens à la retraite, il s’est fait des ennemis à cause du peuple de Guinée, de la jeunesse notamment. Qu’on ne se presse avec le Colonel et sa troupe. Laissons le temps au temps !

Votre avis sur la pression extérieure et la classe  politique à l’interne ?

C’est la troisième et la dernière transition dans notre pays, nous ne voulons plus de transitons en Guinée. Alors, pour cela, n’allons pas vite en besogne. Il n’y a pas de mandat pour une transition. Je demande aux guinéens et à la communauté internationale d’accepter d’accompagner les nouvelle autorités avec à leur tête, le Colonel Mamadi Doumbouyah.

Une délégation de la CEDEAO reçue par le Colonel Doumbouyah au Palais Mohamed V-Archives

La CEDEAO doit être là pour les peuples et non pour les Chefs d’Etats. Ces institutions savent ce que le peuple de Guinée a traversé. Qu’elles acceptent d’attendre et d’ouvrir la porte à la Guinée pour d’autres institutions qui veulent appuyer cette autre page de l’histoire de la Guinée.

Votre mot de la fin.

L’avenir est promoteur, par ce qu’aujourd’hui même si on a rien dans la poche, mais, on est content contrairement au passé récent où tout le monde était fâché l’un contre l’autre. Ensemble, bloquons ces politiques pour éviter de faire échouer cette transition que je prophétise, la toute dernière pour la Guinée.

Entretien : Taban SYLLA/224)626 103 972-620055558

Articles Liés

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Rester connecté

127,236FansJ'aime
1,890SuiveursSuivre
1,280AbonnésS'abonner

Derniers articles

EnglishFrench