Problématique d’eau potable : des maladies hydriques qui continuent encore à faire des victimes

0
44

La problématique d’eau potable en Guinée, reste toujours d’actualité. Ce qui fait que quotidiennement, l’ONG Tinkisso à sa tête, Aboubacar CAMARA, travaille dure pour permettre aux guinéens, aux plus jeunes et aux enfants, des couches très sensibles à utiliser de l’eau propre à la consommation. L’un des objectifs de ce combat est d’éviter aux enfants, des maladies hydriques  qui continuent de ‘’tuer’’ chaque année les mêmes couches en Guinée et Afrique. Dans les lignes et paragraphes qui suivent, sont expliqués les tenants et aboutissants de ces maladies qui ont pour source : l’eau. Lisez !

Opinion :

En Guinée, combien d’enfants meurent des maladies hydriques chaque année? En dépit de tous les efforts déployés par le gouvernement et ses partenaires au développement pour améliorer l’accès à l’eau potable à travers le pays, le taux des enfants guinéens atteints de maladies d’origine hydrique telle que la diarrhée ne décroît pas.

La prise en charge et le traitement des enfants qui souffrent de ces maladies d’origine hydrique coûte environ 20 million de dollars chaque année à l’état guinéen ou voir plus. Une somme largement suffisante pour doter quelques régions touchées par le fléau, des installations de distribution d’eau, l’appui aux marketings de l’assainissement, la promotion du traitement de l’eau à domicile et le lavage des mains au savon.

Il s’agit en premier lieu des « maladies hydriques » qui sont provoquées par de l’eau contaminée par des déchets humains, animaux ou chimiques. Elles comprennent entre autres le choléra, la typhoïde, la polio, la méningite, l’hépatite A et E, et la diarrhée.

A rappeler quatre grands groupe de maladies sont liées à la disponibilité et à la qualité de l’eau, ainsi qu’à la gestion efficace des ressources hydriques : les maladies en rapport avec une carence aigue ou chronique en eau propre, les maladies liées à la contamination de l’eau, les maladies liées à la contamination de l’eau par des toxiques et les maladies à transmission dite vectorielle.

 Nous y reviendrons !

Aboubacar Camara-Taban Sylla

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here