Présidentielle 2020 : la CENI justifie la date du 18 octobre

La commission électorale nationale indépendante (CENI), par la voix de son porte-parole Mamady 3 Kaba, a expliqué les principales raisons qui ont poussé l’institution à choisir la date du 18 octobre 2020 pour l’organisation de l’élection présidentielle prochaine. C’était  ce jeudi 03 juillet 2020 dans l’émission les Grandes gueules chez nos confrères de la radio espace fm.

Ci-dessous, nous vous livrons une partie de son intervention.

 «Ce choix a été basé sur le respect d’une disposition constitutionnelle. La Constitution prévoit en son article 43, que le premier tour de l’élection du Président de la République doit avoir lieu 90 jours au plus, 60 jours au moins avant la fin de l’expiration du mandat du Président de la République en fonction.  Donc il y a un encadrement qui est fourni par la Constitution. Et, la CENI, en tant qu’institution constitutionnelle, ne peut pas violer de manière aussi flagrante une disposition constitutionnelle. 60 jours avant la fin du mandat tombait sur le jeudi 22 octobre 2020  et le dimanche qui vient avant le 22 c’est bien le 18 octobre. Eu  egard à toutes les activités qui doivent être menées pour une élection inclusive, transparente et dont les résultats seront acceptés par tous les candidats, la CENI a opté pour le délai minimum qui est 60 jours avant la fin du mandat et c’est vraiment ce qui a été le critère véritable pour proposer le 18 octobre pour la tenue du premier tour de l’élection présidentielle. La révision à titre exceptionnel des listes électorales débutera le 17 juillet prochain pour une durée de 15 jours et ne portera que sur les 2 millions 438 mille 992 électeurs qui ont été mis de côté lors du scrutin dernier et les électeurs qui auraient acquis les dix-huit ans révolus », précise M. Kaba.

Décryptage Barry Bouka