Parlement: le nouveau directeur de cabinet loue le choix de la compétence juvénile

 

Nommé le mardi 05 mai dernier au poste de Directeur de cabinet de l’honorable  Amadou Damaro Camara, président de la nouvelle Assemblée nationale guinéenne, installée le 21 avril 2020, le juriste Mamadi 3 Kaba, par ailleurs enseignant-Chercheur dans les universités guinéennes dit accueillir avec « la plus grande joie » cette nouvelle mission. Il l’a fait savoir au cours d’un entretien téléphonique qu’il a accordé à notre rédaction dans l’après-midi de ce mercredi 06 mai 2020.

«C’est la joie que je peux exprimer. Je dois le dire, la joie elle est immense. Je rends donc grâce à Dieu et mes remerciements infinis au  Président d’Assemblée nationale l’honorable  Amadou Damaro Camara pour sa haute confiance. La fonction de directeur de cabinet est une haute fonction que je mesure. C’est alors que je m’emploierais pour la mériter pleinement. C’est encore remercier pour sa haute confiance et réitérer cet engagement que je ferais tout ce qui est humainement possible pour la mériter», s’est réjoui sur fond d’engagement,  le désormais Directeur de cabinet du  Président de la 9eme législature guinéenne.

Cet ancien Directeur adjoint des études et recherche de la Cour constitutionnelle encourage cette rupture qui vise à faire la promotion de la nouvelle génération en tenant compte du critère de  compétence.

« Il faut vraiment que le paradigme change. Ce n’est pas l’âge qui fait. Cest donc dire que la compétence d’où qu’elle se trouve doit être mise en exergue .Donc, les compétents s’ils se trouvent dans la jeunesse,  il faut les dénicher. S’ils se trouvent parmi les personnes âgées, ils  doivent être également dénichés. Et si on constate aujourd’hui que nous commençons à faire confiance aux jeunes, cela ne peut être qu’une bonne chose qui doit être appréciée par tous», a indiqué   le juriste Mamady 3 Kaba.

« Ceux qui pensent que la jeunesse signifie l’ignorance ou la naïveté, se trompent. Ce n’est  pas une question d’âge. J’appelle  la jeunesse à  mettre en priorité la formation et la bonne conduite. La République a besoin des compétences d’où  qu’elles se trouvent» a-t-il conclu.

Abdoulaye Bouka Barry