Littérature : un concours d’écriture pour lutter contre la Covid-19

L’association Guinée Culture et les éditions Harmattan Guinée en soutien aux auteurs et à la création ont officiellement lancé ce mardi 30 juin 2020 le concours d’écriture du livre au service de la lutte contre la Covid-19.

Objectif, produire un livre qui raconte les expériences guinéennes dans la lutte contre cette pandémie.

En présence des représentants de l’UNESCO, du PNUD et de l’Organisation mondiale de la santé, le Directeur général de la maison d’édition Harmattan Guinée, Sansy Kaba, a expliqué que « ce projet est une partition culturelle dans le domaine du livre dans la lutte contre la Covid-19. Il inclura la participation de plusieurs personnes : des professionnels de la santé, des patients guéris, qui exprimeront dans un texte de 8 pages leur vécu, le vécu de leurs parents, d’un proche, ami pendant cette période ».

Et d’ajouter : « c’est la partition culturelle mais spécifiquement dans le domaine du livre que nous allons présenter à la face du monde parce que chacun de nous est en train de jouer aujourd’hui une partition dans la lutte contre ce virus-là. Donc les professionnels du livre, les écrivains, les éditeurs, nous nous impliquons à travers ce qu’on sait faire : le livre », a expliqué le directeur général de la maison d’édition Harmattan Guinée.

Georges Alfred Ki-Zerbo, président du comité de jury, est revenu, de son côté, sur les différents critères qui vont être appliqués à l’ensemble des textes qui seront soumis lors de ce concours.

« C’est un honneur pour moi de présider ce jury qui va sélectionner des œuvres tirées de l’expérience que des écrivains jeunes, moins jeunes, hommes, femmes, patients guéris, membres du personnel de santé et tout autre citoyen pourraient partager dans ce concours qui va durer tout le mois de juillet. Donc le jury souhaiterait avoir des œuvres excellentes et toute expérience est bonne à partager. Les critères seront bien sûr la qualité de l’écriture, la richesse de l’expérience qui est partagée et nous porterons aussi certainement attention à un équilibre en matière de genre, en matière de classe d’âge et aussi les populations vulnérables qui vont y participer. Mais le premier critère sera l’excellence », a-t-il précisé.

Barry Bouka