Journée de l’enfant africain : le plaidoyer des ONG auprès des gouvernants pour le respect des droits de l’enfant

0
649

 

La coalition des ONG de protection et de promotion des droits de l’enfant luttant contre la traite en Guinée et les représentants des quatre organisations d’enfants et des jeunes reconnues en République de Guinée ont tenu un point de presse ce mercredi 16 juin à la maison des journalistes de Kipé, pour célébrer la journée de l’enfant africain.

Le 16 juin de chaque année est consacré aux enfants africains. Déclaré par l’Union Africaine depuis en 1994, suite aux massacres des enfants et jeunes réclamant une éducation de qualité au même titre que les enfants blancs par le régime de l’apartheid, le16 juin 1976 à Soweto dans une banlieue de Johannesburg en Afrique du sud.

Accompagné par le coordinateur de la coalition des ONG de protection et de promotion des droits de l’enfant luttant contre la traite en Guinée, cet évènement a regroupé les représentants des différentes organisations les plus influentes en matière de lutte pour les droits des enfants en Guinée. C’est pourquoi Mamadou Moudjitaba DIALLO a avancé des plaidoyers auprès des gouvernants pour prendre leurs dispositions afin de respecter  les engagements en faveur des enfants de Guinée             « Nous sommes là pour profiter de cette journée de l’enfant africain pour formuler des plaidoyers auprès du gouvernement guinéen pour qu’il accepte d’honorer ses engagements qu’il a pris par rapport au respect des droits dans notre pays. Et parmi ces engagements il y a la convention prérogative au droit de l’enfant aux nations unies dont notre pays a ratifié depuis le 10 avril 1990 comme 14ème pays au monde manifestant ainsi son intérêt en faveur des enfants de la Guinée », a précisé le coordinateur

Quant aux représentants des organisations, ils  ont mis cette occasion à profit pour solliciter auprès du gouvernement guinéen le renforcement des efforts dans la mise en œuvre de toutes les recommandations adressées à la Guinée par le comité de suivi des nations unies pour les droits de l’enfant avant fin décembre 2024.

Christian Haba de défendre  « La recommandation n° 49 à travers laquelle le comité recommande à l’Etat guinéen afin de renforcer davantage la réalisation des droits de l’enfant de ratifier le protocole facultatif à la convention prévoyant une procédure de communication. Cette recommandation est répétée par le conseil des droits de l’homme de Genève lors du troisième passage de la Guinée à l’examen périodique universel en 2020, de 113.20 à 113.25 »

Poursuit Fatoumata TOURE « La recommandation n°113.171 à travers laquelle le conseil demande à l’Etat guinéen allouer les ressources humaines, techniques  et financières nécessaires pour mettre en œuvre efficacement ces politiques et procédures de lutte contre la traite des personnes en particulier la traite des femmes et des enfants »  a indiqué la représentante du Conseil Consultatif des enfants et jeunes de Guinée

Puis à Aminata BALDE d’annoncer :« La recommandation n°22 aliéna D, à travers laquelle le comité demande à l’état guinéen de veiller à ce que tous les enfants reçoivent immédiatement un acte de naissance et adopter des mesures efficaces pour lutter contre les prévalences des actes de naissance contre fait »

Aboubacar BARRY, membre de l’association des enfants et jeunes travailleurs de Guinée de clore « La recommandation n°29 à travers laquelle le comité recommande à l’Etat guinéen de mettre en place un service d’assistance téléphonique gratuit 24h/24, 7/7, au niveau national accessible à tous les enfants et de promouvoir les ressources humaines, techniques et financières suffisantes pour son fonctionnement efficace » a-t-il conclu

Hawa THIAM

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Résoudre : *
28 ⁄ 4 =