Edito: Le Pr Alpha Condé, va-t-en-guerre contre le mensonge

59
1496
Le Président de la République Prof.Alpha CONDE (archives)

Le chef de l’Etat était au Port de pêche de Boulbinet où il a été l’objet d’un accueil chaleureux de la part des populations qui sont d’ailleurs habituées à lui à cet endroit. L’objet de la visite ? La remise solennelle de quinze milles gilets de sauvetage à des pêcheurs et autres usagers de la pirogue souvent confrontés à la périlleuse traversée de la mer pour les îles de Kassa et de Fotoba.

En 2012, des larmes ont coulé dans beaucoup de familles, suite à un naufrage enregistré par ce port de pêche. Un drame suivi de la distribution d’un premier lot de gilets, sans que cela ne couvre tous les besoins.

Six ans après voilà d’autres gilets distribués en plus desquels, des conseils ont été prodigués pour que les bénéficiaires en fassent bon usage. Car un fait est d’avoir à disposition des équipements de protection, un autre est de les utiliser effectivement. Ce qui n’est souvent pas évident.

Faisant d’une pierre deux coups, le Président de la République, Pr Alpha Condé a, sans fioritures, fustigé un mal qui gangrène de plus en plus la société guinéenne : l’hydre du mensonge. « En Guinée, plus le mensonge est gros, plus on y croit », a-t-il rappelé, en évoquant notamment les vagues que suscite la mise en concession du terminal conventionnel du port de Conakry.

Le chef de l’Etat n’a rien exagéré en fait. Car s’il est souvent reproché aux gouvernants de ne pas communiquer sur les actes qu’ils posent, il saute nettement aux yeux que l’investigation est une denrée rare chez les professionnels des médias. Entre la rétention de l’information et la manipulation politicienne, ne sachant pas à quel saint se vouer, ces derniers spéculent plus qu’ils n’informent. Sauf quelques rares journalistes lucides et honnêtes qui échappent à ce piège qui n’est pas moins favorisé par l’appât du gain.

Sinon, comment ne pas ouvrir grands les yeux pour comprendre que face aux défis de son extension et de sa modernisation pour tenir la concurrence, le Port de Conakry doit s’ouvrir aux capitaux étrangers ? Doit-on continuer à condamner nos importateurs à subir des retards dans la livraison de leurs marchandises, dus à des transbordements dans les ports des pays voisins auxquels la Guinée n’a rien à envier ? Pourquoi ne pas prendre en compte les retombées de la mise en concession du terminal conventionnel du port en termes de création d’emplois, d’augmentation du volume de marchandises traitées et de ressources qui tombent dans les caisses du trésor ? Voilà autant de questions que soulève la réaction du chef de l’Etat face aux assauts de ses détracteurs.

Autant d’enjeux qui sont sciemment cachés à nos laborieuses populations, sans doute pour des raisons de politique politicienne. A la merci du sensationnel et des spéculations, de nombreux compatriotes sont devenus des proies faciles de la désinformation, et des projets indispensables au développement de la Guinée s’en trouvent menacés dans leur mise en œuvre.

De ce qui précède, il était alors temps de sonner le tocsin pour que le sursaut patriotique soit aux commandes de tous les réflexes, au risque pour nous d’hypothéquer l’avenir des générations, après tant d’années de gâchis dus à des peaux de bananes ou autres croc-en-jambe.

Sékouba Savané

Comments are closed.