Covid-19 : des journalistes de la presse privée ont reçu leurs premières doses du vaccin sinopharm

0
224

Dans la poursuite de sa campagne de vaccination à Conakry, l’Agence Nationale de la Sécurité Sanitaire (ANSS) a procédé  ce mardi 13 Avril 2021 à la vaccination des journalistes des médias privés. La cérémonie de vaccination s’est déroulée dans les locaux de la maison de la presse de Guinée en présence du Directeur Général de ladite maison Hassane Kaba.

Tout comme chez les journalistes des médias du service public, c’est le vaccin SINOPHARM qui a été administré aux journalistes des médias privés.

Après avoir reçu sa dose de vaccin sinopharm, le Directeur Général de la maison de la presse Hassane Kaba est revenu sur les raisons ayant favorisé l’accomplissement de cette opération.

 «Au début de cette pandémie en République de Guinée, il y a eu beaucoup de contamination dans les milieux des journalistes guinéens. Ils étaient nombreux qui avaient contracté l’épidémie à coronavirus. Très récemment l’initiative qui a été prise pour lutter contre cette pandémie, il y a eu des vaccinations qui ont été faites au niveau des milieux d’État et de la presse publique. Nous avons estimé que c’était le lieu de le rappeler tout gentiment à l’agence nationale de la  sécurité sanitaire et de leur demander de procéder aussi à la vaccination des journalistes des médias privés de Conakry dans un premier temps. Depuis ce matin les équipes sont sur place et elles procèdent aux vaccinations des journalistes qui ont eu le temps d’être là ce matin», a expliqué Hassane Kaba.

De son côté, Dr Alseny Sow agent vaccinateur à l’ANSS, après avoir administré le vaccin à une vingtaine de journalistes est revenu sur les effets secondaires ce pour éviter la peur chez certains.

« Le vaccin SINOPHARM est conçu et élaboré avec un virus inactif par des scientifiques chinois. Il s’agit d’une approche relativement simple et largement utilisée qui repose sur des particules virales tuées pour exposer le système immunitaire au virus. Le vaccin SINOPHARM sera injecté en deux doses, d’abord une dose de 0,5ml au J1 et une seconde dose de 0,5ml entre J21 et J28. Les effets secondaires tels que les maux de tête, la fièvre, une douleur au point d’injection, ou des rougeurs sont souvent observés. Mais, ce sont les effets secondaires passagers qu’on retrouve aussi avec d’autres vaccins et qui disparaissent au bout d’un ou de deux jours », a précisé le médecin.

Abdoulaye Bouka Barry

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Résoudre : *
29 − 23 =