Cas de Cherif Bah, Gaoual & Co. : Encore une illustration du grand humanisme d’un grand Président ! (Par Tibou Kamara)

0
610

Quand on ne connaît pas les gens, il ne faut pas s’empresser de les juger. Il ne faut pas croire non plus qu’un ressentiment mal contenu, exprimé avec violence et insolence, comme c’est souvent le cas des âmes faibles, est un acte d’engagement historique et de courage exemplaire, voire la marque d’une quelconque vertu exceptionnelle ou celle d’une conquête légitime.
La Guinée, aime-t-on croire dans un exercice intellectuel paresseux ou dans la littérature politique redondante, ploierait sous le poids de ses dirigeants et de ses élites, qui ne seraient jamais en odeur de sainteté auprès des populations ; alors que depuis toujours, le pays souffre plutôt de ceux qui, nombreux, n’ont connu et appris que la haine gratuite, ceux qui sèment à tout vent la discorde et le séparatisme dans leurs prêches et prises de positions qui, lugubrement, sonnent comme les cloches annonciatrices d’un holocauste politique et social.
Quand comprendront-ils, enfin, qu’ils ne peuvent pas diviser la Guinée, ni opposer les Guinéens, parce que l’histoire est commune, le destin est indivisible ?
Le Professeur Alpha Condé a toujours confié à ses proches, à tous ceux qui le fréquentent, qu’il ne souhaite voir aucun Guinéen partir en exil ou périr en prison, peu en importe la raison. Le temps du pouvoir qui est aussi celui de tous les amalgames, et l’excuse aux accusations les plus caricaturales et grotesques, n’a pas changé sa nature profonde, encore moins ne l’a métamorphosé au point de parler “d’un autre Alpha” : l’homme reste égal à lui-même, indifférent à la calomnie, prédisposé au pardon (même difficile), proche de Dieu, Amour et Vérité, sans jamais s’éloigner des hommes dont il n’ignore rien des défauts et des faiblesses ataviques.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Résoudre : *
10 + 6 =