3ème mandat : l’imam de la grande mosquée Fayçal, Elhadj Mamadou Saliou CAMARA réplique

0
136

Accusé d’avoir soutenu le projet de troisième mandat d’Alpha Condé en République de Guinée, le premier imam de la grande mosquée Fayçal, Elhadj Mamadou Saliou CAMARA a brisé le silence.

Entre démarches, heurte de la part des promoteurs d’un mandat de plus pour le PRAC et rôle qui lui est assigné, le religieux dit à qui veut l’entendre que les allégations portées sur les imams sont fausses.  L’homme de Dieu  l’a fait savoir ce lundi 27 septembre 2021, chez nos confrères dans l’émission les ‘’Grandes Gueules’’  d’Espace TV.

Lisez :

 « Je dirais d’abord aux gens qui ont dit que les imams se sont salis en soutenant le 3ème mandat ont menti. Tout le monde le sait, celui qui a pris le pouvoir aujourd’hui, que Dieu l’assiste dans sa mission, si tel n’est pas le cas, personne ne pourra détourner un homme avec le pouvoir de ses vœux mais on peut lui prodiguer de sages conseils. Quand je parle des imams, je ne parle pas de ceux qui sont dans son bureau mais, de ceux qui sont dans les mosquées, ne les accusons pas »

« Tout ce qui s’est passé pendant le 3ème mandat, je vous enverrai tous les documents qui prouvent les démarches que j’ai eu à mener pour me faire entendre. C’est moi qui suis le président du conseil islamique supérieur, avec l’archevêque de Conakry, Monseigneur Vincent Coulibaly, avons tout fait, sauf offenser la porte et demander au secours. Ceux qui ont orchestré le 3ème mandat du président Alpha CONDE sont allés jusqu’à couper la ligne téléphonique entre le président et nous. Le chef de l’Etat ne nous appelait pas et nos appels sont restés sans réponse.  Pour conseiller quelqu’un il faut l’avoir en face de soi mais ce n’est pas le cas précis. Je ne vous informe pas que pour prodiguer des conseils au président de la République, il faut que ce soit en privé  et non à la place publique. On ne conseille pas un chef comme n’importe qui. Quand tu te permets de conseiller un responsable devant sa famille en tenant des propos déplacés, si tu trouves la mort dans ces circonstances tu l’aurais voulu. C’est à deux qu’on conseille un chef, ou par écrit, s’il respecte la religion et les responsables religieux, il en fera bon usage.  Cela fait seize mois depuis que j’ai cessé d’échanger avec le président Alpha CONDE, et même la prière que je dirigeais à Sékhoutouréya m’avait été bloquée. Avec tout ce que je viens d’expliquer plus haut, dites-moi qu’est-ce que je pouvais faire d’autre ? Nous devons valoriser nos religions, que ce soit la religion musulmane ou autres. En parlant de la politique ou de l’administration ne pas mêler les imams, parce que cela ne nous revient pas. Notre mission c’est de parler de Dieu, ce qu’il aime et n’aime pas. Si le chef de l’Etat dérape en tant que musulman ce sont les religieux qui doivent aller le raisonner, c’est notre rôle ça. Ce n’est pas dans les radios que nous irons dire aux gens de sortir dans la rue pour qu’ils se fassent tuer, ce n’est pas la mission de l’imam. Ce n’est pas mon rôle, mon éducation ne me le permet pas encore moins ma culture. C’est l’islam que j’ai étudié et non la politique. L’argent donné au nom d’un groupe de personnes ne m’intéresse en rien. Je ne partage pas et n’assiste point au partage », a fait savoir l’imam de la grande mosquée Fayçal, Elhadj Mamadou Saliou CAMARA

Hawa THIAM

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Résoudre : *
22 + 13 =