Mamou : quand le métier de cireur profite aux jeunes

0
27
Kalidou sow et Alimou en activité à Mamou


Dans la préfecture de Mamou et la plus part des villes de la Guinée, les jeunes exercent des petits métiers. Alimou Sow et Kalidou Sow respectivement âgés de 10 à 12 ans, ils pratiquent ce métier faute d’être scolarisés, une façon pour eux d’assurer leur dépense quotidienne.

Interrogé sur pourquoi ils pratiquent  ces métiers, Kalidou SOW répond : «  Je n’ai pas eu la  chance d’être à l’école, c’est pourquoi je cherche à joindre les deux  bouts en cirant les chaussures des gens dans la rue. Je me promène du quartier en quartier chaque jour. Moi aussi, je voudrais être scolarisé, mais je remercie mes parents  de m’avoir amené à l’école coranique… ». Se réjouit-il.

A l’image de Kalidou sow, Alimou  SOW est aussi l’ami inséparable d’Alimou. Ils exercent le métier ensemble. 10 ans à peine, le jeune nous donne les raisons qui l’on poussé d’être dans la rue entrain de cirer des chaussures  au lieu d’être à l’école, comme les autres.

«… Cirer les  chaussures est une bonne chose pour moi. Moi je préfère cela que de voler les gens et de faire le banditisme dans la rue. Je vies de mon propre travail,  j’épargne chaque jour grâce aux fruits de ce job. Tous les jours,  je dépose 15 milles francs chez ma tante qui garde pour moi et dans le mois j’ai 600 mille francs guinéens sans compter de ma dépense quotidienne que j’assure  ». Explique Alimou  SOW.

A mieux les observer,   Kalidou sow et Alimou n’ont pas eu la chance d’être à l’école. Leur rêve s’emble être  brisé, mais à travers leur métier qu’ils exercent avec tant  de passion  chaque jour, ils parviennent à se prendre en charge. Ils ne constituent pas un obstacle pour leur famille non plus pour la société. Comme pour dire qu’il n’y a pas un sot métier.

Mounir Barry

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here