20 octobre 2020

Violences préélectorales à Kankan : l’imam Sékou Traoré invite les citoyens au calme

La ville de Kankan a enregistré des violences dans la journée du lundi 12 octobre 2020.Une situation vivement condamnée par certains imams de cette ville hospitalière. C’est le cas de El hadj Sékou Traoré, imam d’une des mosquées de cette ville. Contacté par un de nos reporters dans la matinée de ce mardi 13 octobre 2020 ce serviteur de Dieu se dit touché du fonds de son âme de voir des citoyens de la même contrée s’entreattaquer  pour des raisons non pas religieuses, mais plutôt politiques.

«Je ne sais quoi dire par rapport à ce qui s’est passé à Kankan hier. Des parents, des voisins qui ont vécu ensemble durant des années, puissent aller jusqu’à  brûler des maisons que les gens ont consentis durant des années et des années à avoir. Les événements de Kankan démontrent à suffisace  que la fin du monde, fin longtemps attendu, est presque arrivée. Car, il est  dit :lorsque la fin du monde du monde approche, les uns et les autres se feront la guerre non pour défendre la religion, mais pour des gains matériels. Et c’est ce qui s’est passé hier à Kankan. Des fils de Kankan se sont attaqués à d’autres fils de Kankan non pas parce qu’ils n’ont pas pratiqué la religion musulmane, mais plutôt par ce qu’ils soutiennent tel ou tel autre camp. Même les guerres religieuses sont interdites à plus forte raison des guerres politiques qui ne sont que fondées sur le mensonge. Je pense que nous ne devons pas laisser ces genres de pratiques se développer  sinon nous risquons de perdre le tissu social et l’unité qui ont  toujours existé  entre les fils et filles de Kankan en particulier et en général, entre les fils et filles de la Guinée», a réagi cet imam en langue maninka au micro de notre reporter.

Engagé à redonner  à la ville de Kankan son caractère habituel fondé sur la paix et la quiétude sociale, l’imam Sékou Traoré dit être à pieds d’œuvre pour rencontrer les sages des 4 coordinations résidant dans cette ville, afin  de mettre fin à ces violences qui  « font la honte » des  citoyens de cette localité.

« Kankan comme son nom l’indique NABAYA, est une ville hospitalière où se retrouve toutes les ethnies. Soyez-en rassuré que nous ferons de notre mieux pour redonner à cette ville son image de paix et de quiétude sociale. Kankan ne mérite pas ce qui s’est passé hier. Raison pour laquelle, les 4 coordinations vont se réunire  pour discuter des méthodes à mettre en place et ainsi  éduquer définitivement ces genres de violences. Il faut que les politiques arrêtent de semer des troubles dans le pays. S’ils ne peuvent pas consolider les relations humaines qui existent entre les fils de Kankan, qu’ils arrêtent d’inciter ces citoyens à la violence. Soyez-en sûr que nous mettrons fin à cela », s’est-il engagé.

Bouka Barry

ArabicChinese (Simplified)EnglishFrenchSpanish