Réouverture des classes : les candidats sont « satisfaits »

De nombreux établissements publics et privés ont repris les cours ce lundi 29 juin 2020. Cela, après 3 mois d’arrêt. Dans une immersion faite par un de nos reporters, nous vous livrons les réactions de quelques élèves rencontrés dans la matinée de ce lundi au collège de Ratoma et au lycée 1er mars de Matam.

08 heures 10 minutes. Collège de Ratoma. Un important dispositif sanitaire est placé à l’entrée pour permettre aux élèves de se laver les mains, suivi d’une prise de température avant d’accéder dans la cour de l’établissement.

« A des situations exceptionnelles, il faut des mesures exceptionnelles. Nous savons tous que la pandémie est en Guinée et l’école est un endroit de regroupement de plusieurs personnes. Les autorités éducatives, conscientes de cet état de fait, et soucieuses pour la santé des enfants, ont mis en place des dispositifs pour un contrôle strict de tous les élèves. Cette mesure est salutaire car elle nous protège et nous permet d’étudier dans la plus grande sécurité », témoignent Maimouna Barry et Ismaël Kanté, tous candidats au Brevet d’études du premier cycle.

10 heures. Nous voici devant le lycée 1er mars, dans la commune de Matam. Tout comme au collège de Ratoma, l’ambiance est la même. Les élèves sont contents d’avoir repris les cours, d’autres d’avoir retrouvé leurs amis après plus de trois mois d’interruption.

Interrogée, Bountouraby Soumah, Candidate au baccalauréat, exprime sa satisfaction. « Nous avons répondu massivement à l’appel. Les Terminales toutes options confondues sont depuis 08 heures dans les classes et suivent les cours. Je me réjouis de la reprise des cours aujourd’hui car ma crainte était qu’une année blanche soit déclarée. Les cours, les professeurs, les camarades de classes m’ont manqués. Je suis heureuse de cette reprise et je vais travailler dur pour réussir mon Bac », rassure-t-elle.

Au constat général, force est de reconnaitre que la reprise des cours en ce lundi 29 juin 2020, même si elle ne concerne que les classes d’examens et les universités, se déroule sur fond de satisfaction, de sérénité et d’assurance.

Barry Bouka