PUBLICITE : QUAND NOS MURS ET GRANDS PARTERRES REMPLACENT LES PANNEAUX A CONAKY

0
116

A Conakry, partout où les yeux peuvent atteindre, passer ou repasser, l’on aperçoit forcement une affiche, annonçant l’organisation ou la tenue d’un événement. Un phénomène qui anéantie l’élan de propreté de notre capitale autre fois qualifiée de perle de l’Afrique de l’Ouest.

Il suffit de sortir de sa chambre et de faire deux à trois pas pour voir sur les murs, les plaques d’indications ou d’orientation, sur les batiments d’habitation pour voir combien de fois, le code de la publicité à travers ces affiches n’est pas respecté. Face à cette réalité se dessine l’amertume de tous et de toutes celles qui aspirent à une ville propre.

De cette réalité accablante, nous pouvons citer le cas de ces piliers qui soutiennent les échangeurs sur l’Autoroute Fidel CASTRO. Sous ces ponts, l’on retrouve toute sorte d’affiches qui annoncent les concerts, les dédicaces et d’autres cérémonies. A ceux-ci, s‘ajoutent ces banderoles qu’on ne détache jamais meme après leur expiration.

Quel public cherchent ces afficheurs, quelle cible les intéresse en postant leurs images sur ces murs qu’ils salissent inconsciemment. Il faut que ces pratiques cesse en vue de permettre à notre ville de mieux respirer et de continuer sa marche vers les autres capitales déjà émergentes.

 A l’Officie guinéen de publicité OGP de revoir sa marque. En tout nous ne doutons pas un seul instant de l’engagement de son Directeur qui, a fait de cette régie, une instance crédible méconnue par le passé. Retenons que la publicité est une activité ayant pour but de faire connaître une marque, d’inciter le public à acheter un produit, à utiliser tel service… chose qui loin d’une anarchie que vie notre capitale Conakry. Nous y reviendrons.

Siaka Taban SYLLA

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here