Le président de la CONASOC « démonte » les arguments des opposants à la désignation de Mamady 3 Kaba à la CENI

Dans une déclaration publiée ce mardi 19 mai 2020, l’opposition politique guinéenne a rejeté la désignation de Mamady 3 Kaba au poste de commissaire à la CENI par le Conseil National des Organisations de la Société de Guinée (CNOSCG).

Suite à cette sortie, la Coalition Nationale des Organisations de la Société Civile Guinéenne (CONASOC) n’a pas tardé de réagir en qualifiant la déclaration de l’opposition « d’un faux débat ».

Elle l’a fait savoir par la voix de son Président Elh Mamady Keita rencontré par un de nos reporters dans la matinée de ce mercredi 20 mai 2020.

« C’est un faux débat. Elle ne peut pas dénier à la société civile de designer son représentant à la CENI, cela même si le désigné à un niveau souterrain. Cela n’est pas le travail d’un parti politique surtout d’une opposition qui se dit républicaine. Depuis que l’opposition a commencé à designer ses représentants à la CENI, avez-vous  appris une fois que la société civile a fait une appréciation sur son choix? Quand la société civile désigne son représentant, c’est à elle de faire des critiques, d’apporter des jugements de valeurs. Mais, pas à une opposition qui se base sur de la fiction en qualifiant celui qui est désigné d’avoir des liens particuliers avec la mouvance ou le RPG. L’opposition doit être de bonne foi en faisant des réclamations objective et non subjective», a indiqué le président de la CONASOC

Plus loin, il ajoute « Quand Mamady 3 kaba a présenté les résultats de l’audit du fichier électoral, ce sont les commissaires de l’opposition qui ont été les premiers à l’applaudir et sont allés même plus loin en disant ‘voilà un jeune à qui la CENI doit être confiée ». L’opposition veut juste une personne acquise à sa cause sinon, les leaders qui la composent savent très bien qu’il ne revient pas à un parti politique, qu’il soit de la mouvance ou de l’opposition, de designer ou d’apprécier un commissaire issu de la société civile».

S’exprimant sur les arguments utilisés par le Barreau pour réclamer la paternité  de la désignation d’un nouveau commissaire après la mort de Me Salif Kebé qui,  il faut le rappeler, est issu du Barreau, Elh Mamady Keita n’est pas allé du dos de la cuillère. Pour lui, « Aucun texte ne dit comme Kebe vient du Barreau qu’il faut que son remplaçant soit aussi venu du Barreau. Le Barreau est affilié au CNOSCG, et une fois que vous êtes affilié à une structure, c’est à la structure qui revient de droit la désignation. Mais, aucune loi ne le dit. C’est comme à L’URTELGUI, les radios privées sont membres. Pour désigner un représentant à la HAC, c’est à elle qui revient de faire le choix dans les différentes radios et non une radio de désigner un représentant à la HAC en ce sens que la loi ne dit pas un représentant d’une radio mais plutôt de L’URTELGUI. Donc, L’URTELGUI peut designer un agriculteur en lieu et place du journaliste », a tranché le Président de la Coalition Nationale des Organisations de la Société Civile CONASOC.

Bouka Barry